Coyote – Patrick Cazeault

«Tu as trahi Anna Chenko! 

Renard traque Coyote, son ancien frère d’armes. Ensemble, ils ont fait retentir leurs pistolets d’un bout à l’autre du continent, mais les voilà devenus ennemis jurés. Si Renard ne retrouve pas Coyote bientôt, il n’est pas mieux que mort. Sa quête le mène à Red Hills, dernière bourgade avant la dangereuse frontière de l’Ouest, où il s’allie avec Qqova, une Amérindienne aux yeux vairons investie d’un étrange pouvoir, et Cassidy Jackson, un voyou au cœur en or et aux ambitions démesurées. Pour se venger, le trio devra croiser le fer avec des bandes rivales, échapper à des embuscades mortelles et traiter avec des créatures plus dangereuses que tout ce qu’ils ont affronté jusqu’à maintenant. Renard doit faire vite. Les sorcières d’Anna Chenko sont à ses trousses…»

Renard doit retrouver son ancien compagnon d’armes, Coyote, qui est visiblement sous l’emprise d’une malédiction. Lors de ce long périple, le cowboy et son fidèle cheval Parade s’allient avec les gens les plus improbables. D’abord, il y a Garreth Holliday, successeur de King, l’ancien patron de Renard. Puis, il y a la Reine Pâle, précédée par sa réputation sur tout le continent, ainsi que les hommes de cette dernière.

Différent. Sur la couverture, il est écrit «un western fantasy». Ce n’est pas tous les jours qu’on lit un livre de cowboys dans lequel il y a présence de magie, de vampires et de sorcières. Cela en fait un livre qui se démarque des autres par la rareté du genre auquel il appartient sur les tablettes. J’ai trouvé ce livre au Salon du Livre de Sherbrooke, et l’auteur y était. Il m’a raconté un peu l’histoire, et j’ai trouvé cela accrocheur. Malheureusement, c’est son premier roman, et quelques coquilles sont présentes dans le roman. Quelques phrases auraient pu être écrites différemment pour faciliter la compréhension du lecteur, et certaines autres auraient pu être carrément enlevées. Bien sûr, c’est subjectif, c’est mon opinion à moi et surement pas la vôtre. Mais de façon générale, le livre était divertissant, quoiqu’il fut difficile pour moi d’entrer dans l’intrigue, probablement à cause des petites erreurs que contient tout premier roman d’un nouvel auteur. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.